Les Suisses approuvent la réintroduction de quotas d’immigrés

Les Suisses approuvent la réintroduction de quotas d’immigrés par Juridika | 2014-02-10

Photo de l'affiche des pro européens opposants aux limitations à l'immigration lors du référendum en Suisse dimanche 9 février

Figure 1:Photo de l'affiche des pro européens opposants aux limitations à l'immigration lors du référendum en Suisse dimanche 9 février

Une courte majorité de Suisses a approuvé, dimanche par référendum, une initiative de la droite "contre l'immigration de masse" visant à réintroduite des quotas d’immigrés abandonnés en 2007. Cette loi a été validée par  50,4% de voix favorables des cantons suisses.

Les résultats provisoires hors Berne et Zurich font ressortir une différence de 38.032 voix en faveur du projet de l’Union Démocratique du Centre, le plus influent parti d’extrême droite en Confédération helvétique. Le nouveau régime d’immigration s'appliquerait aussi aux frontaliers comme aux requérants d'asile, de sorte que les Suisses aient la priorité sur le marché du travail. Les piliers de cette politique migratoire sont les suivants :

o   La fin de l’accord de libre circulation de Bruxelles signé avec l’Union Européenne en 2002

o   Le droit de préférence accordé aux suisses par rapport aux étrangers en ce qui concerne l’emploi

o   Un quota d’étrangers qui sera déterminé annuellement

Mettant en péril le principe de la libre-circulation qui sous-tend tout le cadre partenarial avec l'UE, ce changement d’attitude envers les immigrés suscite déjà une levée de boucliers de la part de Bruxelles et des voisins européens, mais également l'inquiétude des minorités dans un pays connu pour sa tradition d'accueil.

"Sans libre-circulation des personnes, la Suisse n'aurait pas un accès privilégié au marché intérieur européen", avait mis en garde le chef de l'exécutif européen, José Manuel Barroso dans des déclarations à la presse helvétique lors d'un récent déplacement à Berne. Intransigeant, M. Barroso a affirmé que les pays membres de l'UE "n'accepteraient jamais que la libre-circulation des personnes soit séparée des autres libertés fondamentales".

Le système de quotas annuels d'immigrés avait été abandonné en 2007 en application des accords de libre-circulation signés avec Bruxelles, mais qui ont entraîné un afflux massif des travailleurs vers un pays où le taux de chômage tourne autour de 3 pc contre 12 pc dans la zone euro.

Les étrangers représentent 23 % de la population de ce petit pays de huit millions d'habitants, soit le deuxième ratio le plus élevé du continent après le Luxembourg. Du coup, les griefs à l'égard des étrangers ne cessent de monter dans la Confédération, un état de fait qui explique en partie la montée en puissance ces dernières années de l'extrême droite.

A lire aussi